Tout savoir sur l’assurance emprunteur

L’assurance prêt n’est pas obligatoire selon la loi, toutefois la majorité des établissements de crédit l’exige avant d’accorder un prêt. Sachez qu’il ne couvre pas uniquement la banque, mais également votre famille. En effet, si vous vous trouvez en invalidité ou que vous décédiez, sans cette assurance c’est votre famille qui devra rembourser votre prêt. En effet, quoi qu’il puisse vous arriver, l’assurance remboursera votre crédit auprès de l’organisme.

Le choix de l’assureur

Généralement, les organismes de crédit ont déjà négocié un contrat d’assurance collective, tout ce qu’il vous reste à faire c’est y adhérer. Mais vous pouvez également souscrire un contrat d’assurance auprès de l’assureur que vous aurez choisi. Néanmoins, il faut que le niveau de garantie soit similaire au contrat proposé par l’établissement de crédit, autrement, il n’acceptera pas votre dossier. Vous avez la possibilité de résilier le contrat pendant les douze mois suivant la signature du prêt. Vous devez juste vous assurer que le niveau de garantie proposé par le nouveau contrat soit équivalent à celui proposé par l’organisme. Certains points sont à respecter si vous n’avez pas souscrit au contrat proposé par l’organisme de crédit, mais que vous avez choisi votre assureur. Il doit en effet informer l’établissement de crédit si les cotisations d’assurance ne sont pas payées que ce soit pour les prêts immobiliers ou pour les crédits à la consommation dans le cas où une assurance est exigée par l’organisme de crédit. Sinon, vous pouvez toujours vous référer à un comparatif assurance prêt immobilier.

La convention AERAS (S’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé)

Est concernée par cette convention toute personne dont l’état de santé ne permet pas d’obtenir une assurance aux conditions standard du contrat d’assurance : sans exclusion ou sans majoration de tarif. La convention AERAS a été signée par les banquiers, les pouvoirs publics, les assureurs les associations de consommateurs et de malades afin de permettre aux personnes avec un problème de santé d’accéder à l’assurance et à l’emprunt. Cette convention s’applique sous certaines conditions, mais permet au concerné de souscrire à un contrat sans exclusion ni majoration tarifaire.

Le cas des co-emprunteurs

Si le prêt a été fait au nom de plusieurs personnes, la part du capital à assurer pour chacun doit être précisée à l’assureur. En effet, si vous êtes deux co-emprunteurs, vous pouvez vous assurer chacun pour le montant total du capital emprunté. Dans ce cas, si l’un de vous décède ou se trouve en invalidité, l’assureur devra rembourser le montant total restant dû du crédit à l’établissement. Vous pouvez également vous assurer chacun pour une partie du capital, à hauteur de 50 % par exemple. Dans ce cas, si l’un de vous décède, l’organisme ne remboursera que la moitié du capital restant dû, celui qui est encore vivant doit rembourser l’autre moitié.

Les garanties alternatives

Si vous n’avez pas pu souscrire à un contrat d’assurance emprunteur, vous pouvez opter pour d’autres garanties. Par exemple une garantie personnelle telle que le cautionnement, c’est-à-dire qu’en cas de défaut de paiement de votre part, une autre personne s’engage à payer à votre place. Ou alors, une garantie réelle comme une hypothèque sur un bien immobilier. Il reviendra à l’organisme de crédit d’apprécier la valeur de la garantie que vous proposez.